Mots-clefs

, , ,

Samedi soir, nous avons mangé chez des amis. Bonne cuisine, bonne compagnie, que demande le peuple ?

Dimanche midi, après avoir visité l’exposition sur le réalisme en peinture à la Fondation Pierre Arnaud, nous avons mangé très agréablement à l’Indigo, qui est le restaurant de la fondation. J’ai pris le plat du jour qui était un burger de veau, accompagné de petits légumes délicieux et de pommes de terre nouvelles rôties.

Dimanche soir, j’ai servi des grillades de porc frottées aux épices fumées et une salade de lentilles et kale absolument géniale (lentilles cuites refroidies, kale cru coupé menu, vinaigrette avec laquelle on masse le kale, à faire un peu en avance).

Lundi soir, j’ai fait du saumon et du cabillaud froids mayonnaise mousseline (additionnée du blanc d’œuf monté en neige) à l’huile d’avocat. Curieusement, ma mayonnaise a très bien pris, mais est devenue très liquide après avoir reposé – je me demande si c’est l’huile d’avocat, dans la mesure où j’ai l’habitude de faire la mayonnaise mousseline et je n’ai jamais eu ce problème avant. J’ai servi en accompagnement une salade de brocolis crus plutôt agréable, même si j’ai l’impression que les brocolis auraient été meilleurs juste blanchis quelques minutes.

Mardi soir, j’ai fait des poireaux au jambon sur le modèle des endives au jambon (n’aimant pas les endives, un de mes très rares dégoûts alimentaires). C’était bon, mais sans plus, je crois que je ne suis pas une grande fan des gratins en fait.

Mercredi soir, j’ai concocté une belle salade de César au poulet.

Jeudi soir, j’ai mijoté un poulet au citron et petits légumes que j’ai trouvé excellent (même si mes trois gaillards l’ont déclaré trop citronné, tant pis pour eux, ils n’ont qu’à se mettre à la cuisine – je sais, je suis dictatoriale, et je m’assume…).

Vendredi soir, nous avons utilisé, avec des amis, des bons achetés chez Qooking il y a quelques mois et qui donnaient droit à un menu gastronomique et une nuitée chez Georges Blanc à Vonnas. Nous avons splendidement bien mangé : une huître en gelée “terre et mer” qui m’a époustouflée (j’adore les huîtres, mais rarement les huîtres autres que nature, et là c’était juste parfait), puis du bar de ligne aux pointes d’asperges, puis la poularde en deux services (deux préparations totalement différentes, aussi succulentes l’une que l’autre : “le suprême et le cou farçi au foie blond avec une sauce champagne-foie gras et des crêpes vonnassiennes”, puis “la cuisse en rouelle et le sot-l’y-laisse sous un voile de lard paysan, velours Syrah-gingembre”). En dessert, moi qui n’ai pas un grand amour pour la rhubarbe, j’ai adoré le “finger glacé, framboises et rhubarbe confite au thé d’agrumes”. Un bémol à ce grand bonheur : les boisssons sont à des prix indécents, même pour un restaurant de cette catégorie. Le verre de vin à 30€, pas une bouteille ou presque à moins de 150€… C’est dommage.

Advertisements