Les souris mangent des œufs, du saumon et des brocolis. Eh oui, mon cher et tendre est parti travailler loin loin loin de dimanche après-midi à jeudi soir, et j’en ai profité pour faire tout ce qu’il n’aime pas !

Samedi soir, nous étions chez des amis, où nous avons mangé un délicieux buffet froid.

Dimanche midi, j’ai fait un gaspacho excellent (sans oignons car je les ai tout simplement oubliés, et sans peler les tomates, pas besoin), accompagné de bon pain et de jambon cru pata negra – les tomates sardes sont délicieuses en ce moment !

Dimanche soir, un plat tout simple qui me rappelle mes vacances d’adolescente en Grèce (je me faisais ça en me levant vers 1h de l’après-midi…) : des œufs brouillés aux oignons et aux tomates. Ne cherchez pas de recette, on fait frire les oignons hachés un moment, quand ils sont dorés on ajoute les tomates en morceaux, un peu plus tard on casse les œufs par-dessus et on brouille assez vivement, sans oublier de saler et de poivrer.

Lundi soir, j’ai continué dans ma veine estivale et assemblé une grande salade grecque.

Mardi soir, j’ai fait des spaghettis aux brocolis vraiment délicieux. Quand je fais des pâtes, je respecte la coutume italienne de toujours garder un peu de leur eau de cuisson pour assouplir la sauce si le besoin s’en fait sentir – là c’était vraiment nécessaire.

Mercredi soir, un tartare de saumon (sans recette, avec des oignons frais, des herbes du jardin, du citron vert et de l’huile d’olive) et une salade de melon et tomates-cerise.

Jeudi soir, nous avons réservé avec le Passeport Gourmand au Kazoku. J’ai déjà dit sur ce blog tout le bien que je pensais de ce restaurant, je confirme mon opinion, c’est toujours délicieux. Nous avons pris le menu Tradition : petit amuse-bouche de tartare de saumon, puis assiette de sashimis avec petite salade (verdures diverses, algues) et mention spéciale à la gelée de sauce soja que j’ai trouvée très sympa. Ensuite, les incomparables brochettes de poulet du chef, puis belle assiette de sushis et enfin, soupe miso maison. Hors menu, nous avons pris des desserts – le désormais célèbre fondant au chocolat blanc et au thé vert, une tuerie, pour mes affamés de fils, et un mochi au sésame noir très agréable pour ma mini-faim.

Vendredi soir, nous avions rendez-vous avec des amis pour dîner à la Table d’Edgar, à la table d’hôtes, c’est-à-dire dans la cuisine ! Ou plutôt, dans une espèce d’alcôve avec table pour 6 personnes et “balcon” sur la cuisine. C’était fascinant de voir ces cuisiniers s’affairant, totalement calmes, avec des gestes très précis. Et nous avons fait un dîner de rois (la formule “table d’hôtes” consiste en un menu avec les vins), avec entre autres des langoustines délicieuses, et un porcelet rôti fondant et incomparable, et arrosé de vins bien choisis. Une belle fin de semaine !

Advertisements