Samedi soir, envie de faire simple et frais à la fois… Un tartare de légumes (carottes, poivrons, vert de poireaux, fenouil) au jus de yuzu, sirop d’érable et huile d’olive (j’avais lu quelque part sur la toile – mais où, aucune idée, et je n’arrive plus à retrouver ça – que je ne sais plus quel chef trouvait que c’était le même assaisonnement pour un tartare de légumes), et un beau plateau de fromages avec. J’ai un de ces petits engins miraculeux qui coupent les légumes durs en deux temps trois mouvements (le mien c’est celui-ci), et ce fût donc vite fait.

Dimanche midi, profitant du fait que mon cher et tendre avait clamé haut et fort qu’il était d’accord d’écosser et peler les fèves, je l’ai pris au mot : j’ai fait une salade de fèves aux lardons et au chèvre frais (2kg de fèves pour 4 personnes quand même…). C’était exquis, et tellement emblématique de ce beau printemps !

Dimanche soir, nous étions 7 à table. J’ai servi en entrée des feuilletés aux asperges et à l’ail des ours qui étaient franchement délectables. J’avais pensé faire un filet de bœuf sur lit de roquette et Parmesan comme plat, mais je suis tombée nez à nez avec un demi-cabri chez Aligro – c’est vraiment le plat printanier par excellence ! J’ai donc servi du cabri au four avec des pommes de terre nouvelles et une salade de roquette au Parmesan. Enfin, pour clore dignement et légèrement ce repas, j’ai imaginé une recette de carpaccio d’ananas au basilic et au gingembre.

Lundi soir, j’ai fait une omelette au four (c’est quelque chose que j’avais envie de tester depuis un moment, le concept m’intriguait). Comme j’avais quelques tranches de jambon de campagne et de jambon cru qui se languissaient dans le frigo, je les ai déchiquetées et ajoutées au fond du plat avant d’y verser l’appareil de l’omelette. Mon four étant un Speedy Gonzales, 20 minutes de cuisson ont largement suffi. C’était pas mal du tout je dois dire, surtout sachant que c’est fait en un rien de temps ! Comme la recette indique que les Québécois accompagnent cette recette de sirop d’érable, nous avons essayé, et à ma grande surprise (je suis un “bec salé”) c’était très bon (en plus d’ajouter du moelleux). J’ai concocté une petite salade de chou chinois et amandes dont j’étais très contente et qui accompagnait le plat parfaitement.

Pour mardi soir, j’avais noté la recette d’une amie virtuelle péruvienne, un lomo saltado. C’était délicieux, viande très tendre, poivrons croquants, beaucoup de goût ! J’ai servi comme accompagnement un plat d’oignons rouges et de poivrons friarelli (ou friadelli ? Je ne suis pas sûre et ma recherche sur le web n’a pas donné de résultats probants) rôtis au four (les oignons avaient un peu caramélisé, c’était très miam).

Mercredi soir, j’ai fait une recette éprouvée depuis longtemps, tirée du livre de Ken Ho “Les recettes faciles de la cuisine chinoise“, un “ragoût de poulet au riz” qui est en fait un riz gluant en ragoût aux saucisses (chinoises dans la recette d’origine, mais je préfère utiliser les saucisses thaï à la citronnelle qui sont une tuerie) et au poulet, que j’ai servi avec du chou chinois sauté au gingembre et à l’ail. Comme d’habitude, il n’en est pas resté une miette (ou un grain de riz, plutôt).

Jeudi soir, confit de canard, pommes de terre sarladaise, salade verte – simple, mais toujours apprécié !

Et la semaine s’arrête là : je pars en vacances et je vous dis : joyeuses Pâques et à dans 2 semaines !

Advertisements